Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que nous disent les plantes?

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Conf 2007

Un site pour découvrir une de mes conférences grand public filmée, en 2007, dans le cadre des Mercredis de la Science à l'Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Vous trouverez au lien http://videocampus.univ-bpclermont.fr/?v=oSucZ7ShgY0J le diaporama de la projection de la conférence (sans les animations, désolée...) et la vidéo (fichier flv, à lire avec un logiciel type FLV Player, à télécharger gratuitement sur le net). Amusez-vous bien!

Voir les commentaires

La botanique amusante du lundi : le tournesol a-t-il besoin d'une boussole?

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

tournesol 2

Comme tous les lundis, une nouvelle page de botanique amusante:

sur le lien "Le tournesol a-t-il besoin d'une boussole?", vous saurez tout (ou presque) sur le tournis de cette belle plante.

Voir les commentaires

Anémone sylvie en tapis volant

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

anemone-sylvie-2.jpg

L'anémone sylvie (Anemone nemorosa, Renonculacées) fait partie de ces plantes vernales des sous-bois qui fleurissent au premier printemps, avant que les feuilles ne poussent sur les arbres et n'obscurcissent fortement le couvert. Elles profitent ainsi de la lumière printanière pour croître et se reproduire, quand les conditions sont idéales. Elles tapissent les sous-bois humides en rangs serrés car elles passent l'hiver sous forme de tiges souterraines rampantes, des rhizomes gorgés de réserves leur permettant de mettre en place, plus immédiatement qu'à partir d'une graine, des tiges et des feuilles capables de fabriquer de la matière organique par photosynthèse. Les substances fabriquées servent à fleurir mais elles servent aussi à la croissance des rhizomes qui s'allongent de 2 à 3 cm à chaque printemps. Grâce à ces mouvements de croissance, la fleur n'apparait pas chaque année au même endroit, elle se déplace ! Les plantes ne sont donc pas immobiles, comme on le dit souvent ! Elles sont capables de mobilité, mais leur échelle de temps n'est simplement pas la même que la nôtre ...

Voir les commentaires

Reflets

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

reflets5

Tu commenças ta vie tout au bord d’un ruisseau
tu vécus de ces bruits qui courent dans les roseaux
qui montent des chemins que filtrent les taillis
les ailes du moulin les cloches de midi
soulignant d’un sourire la chanson d’un oiseau
tu prenais des plaisirs à faire des ronds dans l'eau ...
                                                                           Françoise Hardy.

Voir les commentaires

Architecture oubliée : une inflorescence

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

ombelleL'hiver a conservé des architectures momifiées ... ici une inflorescence d'Apiacée (plante de la famille des Apiacées, ex-Ombellifères), desséchée et oubliée depuis l'été dernier.

Les fleurs étaient situées au bout des petits pédoncules secs ("petites tiges") au sommet de l'inflroescence. Tous les pédoncules se rejoignent en un même point, et leur longueur est telle que les fleurs étaient toutes situées au même niveau, formant une sorte de petit parapluie, l'ombelle. De plus, ces petites ombelles sont portées par de longs pédoncules insérés plus bas, tous au même endroit sur la tige de l'inflorescence, formant par leur rassemblement une seule et grosse ombelle. L'ensemble forme une ombelle d'ombellules, l'inflorescence type de cette famille de plantes.

 

Voir les commentaires

Dans le monde mal aimé des mauvaises herbes ... la cardamine hérissée

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

6892 Cardamine hirsute

Mauvaise herbe poussant spontanément dans nos massifs de fleurs au printemps, sur les sols nus, remués, la cardamine hérissée est minuscule, insignifiante et pourtant si élégante... de petites fleurs à 4 pétales, comme tout bonne Crucifère qui se respecte (nouveau nom de la famille, Brassicacées), elle est parfaitement identifiable à ses fruits : de longues siliques dressées qui lui donnent son nom.

Arrachée sans pitié, mauvaise herbe car non désirée ... lourd tribut payé par toutes ces plantes mal aimées car mal connues. On ne craint que ce que l'on ne connait pas, voilà qui s'applique aux plantes autant qu'aux hommes !

Voir les commentaires

Le tremble tremble ... qu'on ne voit pas ses fleurs !

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

châton peuplier tremble 2

 

Le tremble (Populus tremula, Salicacées) tremble dès le printemps : il doit craindre que l'on passe à côté de ses fleurs sans les voir...

 

Arbre mâle séparé de l'arbre femelle, ses fleurs sont très réduites. Comment les voir? Il faut se pencher, de près car ce n'est pas très gros!, sur les châtons qui sortent des bourgeons floraux en ce moment sur les branches : sur la photo ci-contre, les châtons pendants, velus, portent des fleurs mâles (et femelles sur un autre arbre) réduites à une écaille portant 8 étamines roses.

 

Regardons-les de plus près, elles sont splendides...châton peuplier tremble

Voir les commentaires

Polypores, fossoyeurs des forêts

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

polypore

Les polypores sont des champignons se nourrissant de matière organique morte ou vivante, essentiellement les arbres. Leur hôte ligneux est encore debout ou pas. Lignicoles et fossoyeurs des sous-bois, ils se nourrissent de bois et débarrassent les forêts des souches, branches mortes et troncs tombés par les tempêtes. Leur présence sur un tronc entraîne pourriture et mort de l'arbre.

Sous forme de langue plus ou moins coriace, ils présentent un grand nombre de petits pores sur leur face inférieure, d'où leur nom générique.

Voir les commentaires

La botanique amusante du lundi : des arbres dans le vent

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

anémomorphose 5

Aubépine au cap de La Hague, Presqu'île du Cotentin

Dans la rubrique La Botanique amusante, comme tous les lundis, retrouvez une page à lire, cette semaine sur la forme des arbres en lien avec le vent !

Voir les commentaires

bourgeon de chêne

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

bourgeon chêne

 

 

Le bourgeon de chêne est fermé par des feuilles modifiées en écailles coriaces. Elles sont cireuses pour limiter la déshydratation du bourgeon, et elles sont velues, comme le sont aussi les écailles internes. Ces poils, la bourre, forment un isolant thermique efficace, une doudoune moelleuse pour atteindre le printemps, bien au chaud.

Qui se cache dans le bourgeon? Une jeune pousse constituée d'un petit massif de cellules jeunes, le méristème, entouré des jeunes feuilles miniatures qu'il a fabriqué l'été dernier. Le tout est en sommeil, un sommeil léger maintenant car la dormance profonde du bourgeon est levée depuis plusieurs semaines; ne reste qu'une "écodormance" que lèveront bientôt la température de l'air et le rallongement des jours.

On devine sous le bourgeon la trace d'insertion de la feuille qui est tombée à l'automne, la cicatrice folaire : il y a toujours un bourgeon à l'aisselle d'une feuille! Celui-là est un bourgeon axillaire: lorsqu'il se réveillera dans quelque temps, il fabriquera une jeune branche latérale.

Voir les commentaires